You are here:
Un peu d’histoire

À sa fondation en 1721, Oka porte le nom de Mission du Lac des Deux-Montagnes. Concédée par le roi de France aux missionnaires de Saint-Sulpice, la Seigneurie du lac des Deux-Montagnes prend la relève de la mission montréalaise du Sault au Récollet. Durant la période coloniale française, les Sulpiciens et les Soeurs de la Congrégation Notre-Dame s’occupent l’évangélisation des amérindiens. Mais avec la colonisation du territoire agricole à partir de la fin du 18ième siècle, ils vont aussi se consacrer à l’éducation de l’ensemble de la population jusqu’au vingtième siècle.

Le Calvaire d’Oka fut érigé entre 1740 et 1742. Les Sulpiciens ont établi ce lieu de culte dans la montagne, un environnement familier aux Premières Nations afin de mieux les évangéliser. Ce chemin de croix constitue l’une des plus importantes manifestations de la vaste entreprise d’évangélisation des autochtones et il est le seul de ce type au Québec. Le Calvaire d’Oka fut également le lieu de pèlerinage le plus important de la région de Montréal durant le dix-neuvième siècle. Organisée à la mi-septembre, la fête annuelle de l’Exaltation de la Sainte-Croix a attiré jusqu’à 30 000 personnes en 1889. L’événement est toujours fêté.

À l’ouverture du premier bureau de poste en 1867, on juge trop long le nom de Mission du Lac des Deux-Montagnes et « Oka » est choisi comme adresse postale. C’est le nom du chef algonquin Paul Oka qui signifie « poisson doré ». Ce toponyme s’appliquera progressivement à tout le village entre 1878 et 1881. Oka est érigé en municipalité en 1874 et son premier maire se nomme Sévère Joanette. En 1917, on procédera à la division de la municipalité en deux entités, une rurale et une autre villageoise. On crée ainsi la Municipalité de la Partie Nord de l’Annonciation d’Oka qui deviendra, en mai 1977, Municipalité de la Paroisse d’Oka, l’autre étant celle du village. En 1999, les deux entités fusionnent pour former la Municipalité d’Oka.

La région a été profondément marquée par la fondation de l’abbaye cistercienne dans les années 1880. Ses religieux ont contribué significativement à l’évolution économique régionale en encourageant l’agriculture, le commerce et la formation. Ils fondent l’Institut Agricole d’Oka qui deviendra la Faculté d’agriculture affiliée à l’Université de Montréal. Ce bâtiment abrite maintenant l’École secondaire d’Oka. L’École de médecine vétérinaire est une autre de leur réalisation. Ils vont aussi obtenir par sélection naturelle la célèbre poule « Chantecler» et mettre en marché le fameux fromage d’Oka, le « Port du salut ». La vente de la fromagerie va permettre l’implantation dans la région d’une grande entreprise comme Agropur.

En plus d’être une région agricole reconnue pour sa production maraîchère et fruitière, Oka est devenu une importante zone récréo-touristique. Lieu de villégiature prisé des Montréalais dès la première moitié du vingtième siècle, la création et l’aménagement du parc national d’Oka au début des années 1960 a fait d’Oka une destination touristique incontournable. Son immense plage accueille chaque année des milliers de vacanciers. Milieu de conservation pour la faune et la flore, le parc perpétue une tradition de protection de l’environnement qui caractérise les gens d’Oka. Par exemple, pour sauver leur village de l’ensablement, les résidents, amérindiens et blancs, vont créer en 1887 la plus grande pinède au Canada. On estime à 100 000 le nombre de pins et d’épinettes qui furent alors plantés. Aujourd’hui, il reste environ 20 000 de ces arbres qui forment la plus vieille forêt plantée en Amérique du Nord.

L’histoire d’Oka repose sur deux communautés profondément liées par le passé. Notre avenir est indissociablement, lié à notre capacité de jeter les bases d’une cohabitation harmonieuse. Il est dans la volonté de chacun de créer un climat propice au développement économique de notre région et de favoriser un climat de coexistence basée sur l’ouverture et le respect mutuel.

Oka est comme une bulle d’oxygène, un vent de fraîcheur. La municipalité est habitée par des gens fiers et travaillants. On y vit une solidarité de tous les jours. Roulez sur nos routes, découvrez nos paysages époustouflants, le respect constant de la terre et surtout des Okois et des Okoises qui croient en leur patrie, qui ont des espoirs et des rêves qui brillent dans leurs yeux

Société d’histoire d’Oka

Célébrations « 3 siècles d’histoire et de culture »

L’année 2021 était une année de référence historique pour la Municipalité d’Oka puisque la Mission du Lac des Deux Montagnes, à l’origine de la fondation de la
Municipalité, a été établie en 1721. De la vocation d’évangélisation des Sulpiciens à la vie monastique des Pères Trappistes, en passant par de grands événements comme la plantation de la Pinède et la création du parc national d’Oka, s’est construite une municipalité agricole à forte notoriété touristique. La Municipalité d’Oka est fière et touchée d’avoir reçue l’appui de ses nombreux partenaires et organismes locaux afin de célébrer ses 300 ans d’histoire et de culture!

Pour célébrer ses racines historiques et ainsi imprégner une année de référence patrimoniale dans la mémoire des générations actuelles et futures, la Municipalité d’Oka est fière de s’entourer de ses partenaires. En plus de recevoir une aide financière de 35 000 $ de la MRC de Deux-Montagnes et de 28 700 $ du Patrimoine Canadien, l’appui de l’Abbaye d’Oka, de l’Abbaye Val-Notre-Dame, de la Compagnie des Prêtes de Saint-Sulpice, de la Caisse Desjardins du lac des Deux-Montagnes, de Tourisme Laurentides et de plusieurs autres entreprises locales permettront de créer une année de commémoration significative pour la communauté.

  • Municipalité d’Oka : « Ici, l’histoire et la culture font partie intégrante du développement de nos nombreux attraits récréotouristiques. Fiers de notre patrimoine, nous souhaitons partager cette brèche mémoriale avec l’ensemble des citoyens et visiteurs. Bienvenue sur les traces de notre passé tricentenaire ! », Pascal Quevillon, Maire de la Municipalité d’Oka.
  • MRC de Deux-Montagnes : Le préfet, M. Denis Martin, est fier de la contribution de la MRC à ce projet qui souligne trois siècles d’histoire. Ces célébrations nous rappellent que notre histoire est étroitement associée à l’évolution de la Nouvelle-France et du développement de Montréal, et ce depuis le début du 18e siècle. Cette tranche d’histoire contribue à diversifier l’offre culturelle et historique non seulement à Oka, mais à travers la MRC et l’ensemble des Laurentides.
  • Compagnie des prêtes de Saint-Sulpice :«Nos racines plongent dans la richesse de ce passé qui nous est commun. Ayant parcouru avec vous ces 300 ans d’histoire d’Oka, nous nous réjouissons que cet héritage se transmette et qu’il soit une occasion de vivre ensemble ce partage commun. En regardant le passé, on bâtit l’avenir!», Jorge Pacheco, PSS, supérieur provincial des Sulpiciens au Canada.
  • Abbaye d’Oka : Nous sommes fiers de contribuer aux fêtes de 3 siècles d’histoire et de culture de la municipalité d’Oka. L’Abbaye d’Oka est partie intégrante de la riche histoire d’Oka, nous désirons plus que jamais poursuivre notre implication dans la municipalité avec nos attraits agrotouristiques et ainsi perpétuer l’histoire de l’Abbaye d’Oka et des moines Cisterciens pour de longues années.
  • Abbaye Val-Notre-Dame : L’histoire de notre communauté s’est écrite à Oka, de 1881 à 2009 : histoire d’amitié que nous rappelle la « croix jumelle », remise lors de notre départ pour Saint-Jean-de-Matha. Le monastère et l’École Secondaire Saint-Pierre (ancien Institut Agricole) demeurent comme des témoins de notre apport au plan religieux, agroalimentaire et culturel.
  • Caisses Desjardins : Fièrement coopératif depuis 79 ans, la Caisse Desjardins du Lac des Deux-Montagnes s’engage positivement dans les festivités du 300e anniversaire d’Oka en devenant partenaire OR de «3 siècles d’histoire et de culture». « La Caisse est fière d’être le partenaire de cet événement qui sera important et marquant. On ne fête pas 300 ans d’histoire tous les ans! Il est dans notre nature de coopérer, et le 300e d’Oka est une belle occasion de le démontrer. Grâce aux partenariats combinés et un calendrier événementiel bien garni, Oka pourra offrir à ses citoyens une panoplie d’activités et d’événements commémoratifs» a commenté le président de la Caisse, M. Normand Clermont.
Merci à nos partenaires locaux :
  • La Traverse Oka-Hudson
  • Okaply
  • Jude-Pomme
  • La Marmite du terroir

Merci à nos organismes locaux :

  • Société d’histoire d’Oka
  • Société Arts et culture Oka (SACO)
  • Fondation de l’église de l’Annonciation d’Oka
  • Paroisse Saint-François-d’Assise
Concoctée en 2021 pour célébrer 3 siècles d’histoire et de culture, la Municipalité d’Oka et la Brasserie Wilsy sont heureuses d’annoncer la prolongation de leur partenariat pour la production de la bière L’Okoise! « Que ce soit dans nos événements municipaux ou dans les marchés d’alimentation de la région, la commercialisation de la bière L’Okoise et l’engouement pour notre bière artisanale ont été un franc succès! », s’exprime M. Pascal Quevillon, maire de la Municipalité d’Oka.
Ce partenariat visant à autoriser la production et la mise en vente de la bière L’Okoise, sans limites de quantité pour les cinq prochaines années, est sans équivoque un dénouement significatif pour les deux parties. « En plus de réapprovisionner les tablettes sur notre réseau de distribution, nous caressons l’idée d’accroître le nombre de nos points de vente et de percer dans le domaine de la restauration. », ajoutent Frédéric et Josée Barrette, propriétaires de la Brasserie Wilsy Inc.
Rappelant avec subtilité les pins de la Pinède et la douceur de notre patrimoine, L’Okoise est une Pale Ale appréciée pour son goût léger qui dégage le côté résineux et fruité du houblon. « C’est une recette unique qui reflète bien notre image touristique. Nous sommes très choyés de pouvoir compter sur la fermentation de ce produit local pour mousser les sentiments de fierté et d’appartenance des citoyens d’Oka! », conclut Colette Beaudoin, responsable des communications et du tourisme.
Pour plus d’informations concernant la bière L’Okoise, ou pour en faire la vente dans votre commerce ou votre restaurant, il suffit de communiquer avec la Brasserie Wilsy!

C’est sous un soleil radieux et une température « parfaite » que 500 citoyens et visiteurs se sont rassemblés au parc Philippe-Lavallée le samedi 4 septembre 2021, entre 14 h et 17 h, pour célébrer les festivités de commémoration des 3 siècles d’histoire et de culture de la Municipalité d’Oka! L’événement s’est poursuivi en soirée avec différents spectacles : des bâtons lumineux au cracheur de feu, en passant par deux prestations de groupes de musiques et un feu d’artifice magistral, se sont plus de 500 citoyens et visiteurs qui se sont rassemblés devant l’église et la Mairie, entre 19 h et 23 h, pour clôturer les festivités de commémoration des 3 siècles d’histoire et de culture de la Municipalité d’Oka! En conformité avec les exigences de la santé publique, une preuve du passeport vaccinal a été exigé à l’entrée du site.

Parmi les projets réalisés, mentionnons entre autres, une exposition culturelle sur l’histoire d’Oka qui a lieu du mercredi au dimanche, de 8 h 30 à 16 h30, jusqu’au 6 septembre à l’église de L’Annonciation d’Oka ainsi que l’installation d’une plaque d’identification sur les trois bâtiments historiques affichant leur année de construction respective et un brin de leur histoire.

Qu’elles aient été érigées pour les habitants ne pouvant se rendre à un lieu de culte, en guise de promesse de guérison, à titre de commémoration ou comme point de repère de géolocalisation, les croix de chemin sont l’œuvre d’artisans soucieux de la conservation du patrimoine et elles ont toutes une histoire à préserver. Parmi les projets réalisé dans le cadre des célébrations du 3 siècles d’histoire et de culture, nommons la restauration des croix de chemin.

Le 6 octobre 2020, la Municipalité d’Oka s’est dotée d’une nouvelle signature visuelle afin d’intégrer à ses outils de communication une image publique plus moderne et représentative du milieu.

Inspirées par les caractéristiques de son environnement riverain, ces couleurs se superposent dans une série de VAGUES évoquant un milieu de vie qui suit à la fois les mouvements rythmiques de l’eau et la direction soufflée par le vent comme leviers d’amélioration continue d’une Municipalité dynamique et énergique. La charte de couleurs est représentée comme suit :

  • Le JAUNE représente l’emblème du tourisme, de la saison estivale et du soleil
  • Le VERT symbolise la Pinède, les forêts et les boisés, l’agriculture et l’environnement
  • Le BLEU rappelle le lac des Deux Montagnes et la biodiversité des milieux humides

La signature visuelle est une image de marque utilisée dans un contexte promotionnel ou publicitaire (réseaux sociaux, publications web et imprimés, objets promotionnels, etc), qui s’intégrera progressivement à l’identité publique de la Municipalité d’Oka.  Les armoiries sont conservées en tant que partie intégrante de notre patrimoine culturel et historique.

Les armoiries d’une municipalité reflètent la naissance et l’histoire culturelle et sociale du territoire qu’elle occupe et de la population qui y demeure. Le Conseil municipal d’Oka a décidé à l’aube de l’an 2000 et à la suite de la fusion des deux municipalités de voter une résolution permettant la création des armoiries pour la nouvelle Municipalité d’Oka.

Les armoiries se divisent en trois parties identifiées sous le terme « Coupé mi-parti en pointe ». Au chef d’azur à la montagne de Tenné, baignée par une étendue d’eau d’azur, ondée d’argent au Doré mouvant d’or. Au sommet, trois chapelles d’argent ouvertes de sable avec leurs croix d’argent. Accostée à senestre d’une étoile d’argent. En pointe, partition de dextre, une gerbe de blé d’or liée de gueule, reposant sur un champ de sinople. À senestre, de pourpre à la fleur de lys d’or.

Ces armoiries sont peintes sur un écu dit « en bannière » tel que les portaient les seigneurs de bannerets ou de fiefs ; on le connaît mieux sous le terme de « écu moderne français ». Au chef d’azur, la partie haute de l’écu, le bleu du ciel, la sérénité, la pureté. À la montagne de Tenné, la plus grosse montagne où l’on retrouve le Calvaire. Elle représente un haut-lieu sacré dont l’inspiration provient du Mont Golgotha à Jérusalem, l’endroit où le Christ fut crucifié. Avec sa voisine, la plus petite montagne, elles représentent la base historique sous l’appellation « Deux-Montagnes « . Tenné est la couleur de la terre, riche et fertile. Baignée par une étendue d’eau d’azur, ondée d’argent au doré mouvant d’or. L’étendue d’eau est le lac qui baigne toutes les régions avoisinantes, donc toujours en mouvement et dans ce lac l’on retrouve un poisson bien connu ici au Québec: le doré. Dans ces armoiries, le doré prend une signification historique importante puisqu’en 1867 c’est le nom qu’on donna au village, l’ancien nom étant « Notre-Dame de l’Annonciation d’Oka ». Quelques années auparavant, Oka avait été rajouté à la suite de l’Annonciation en mémoire d’un chef Algonquin portant ce nom qui veut dire Doré. Par la suite à la suggestion d’un résidant du village un M. Mercier, Oka avait été conservé.

Au sommet, trois chapelles d’argent ouvertes de sable avec leurs croix d’argent. Les chapelles expriment l’implantation d’une communauté humaine et chrétienne et plus particulièrement le Sacré. La croix d’argent représente l’espoir et l’humilité. Ouvertes de sable signifie que ces constructions possèdent des portes permettant aux fidèles et pèlerins de venir se recueillir et prier. La couleur sable est symbolisée par le noir et elle reflète la patience et la fermeté en accord avec les préceptes des Sulpiciens.

L’étoile d’argent à cinq pointes évoque entre autres un des anciens noms qui précéda celui d’Oka, l’Annonciation, car en 1786 la Mission du Lac des Deux-Montagnes fut connue sous cette appellation. Dans les armoiries actuelles, elle reflète la fusion des anciennes municipalités du village d’Oka et de la Paroisse d’Oka. Sa couleur dans cette perception est espoir et renouveau.

Ces armoiries étant divisées en trois parties, une entière au Chef et deux en bas du Nombril ou Pointe de l’écu, ces partitions correspondent à la fusion réalisée le 8 septembre 1999, des deux anciennes municipalités, chacune ayant ses armoiries propres. Dextre, à droite, mais vu que l’écu se regarde comme une figure humaine, il est à notre gauche en tant qu’observateur et son côté senestre, gauche, est à notre droite.

La gerbe symbolise la vocation première d’une partie de la Municipalité d’Oka c’est-à-dire l’agriculture. Par sa couleur or, la gerbe exprime l’abondance des produits. Quant au cordon qui la lie, de couleur rouge, il exprime le travail, le labeur acharné de l’agriculteur et son attachement pour la terre qu’il cultive. Le rouge exprime deux grandes vertus pour l’homme de la terre : la vaillance et la hardiesse, qualités essentielles pour contrer les hauts et les bas de la nature. La gerbe de blé repose sur un champ vert symbolisant la terre et l’abondance.

À senestre, de pourpre à la fleur de lys d’or. Fleur de lys d’or emblème de la royauté. Par cette fleur on perçoit le principe de la concession royale que fut autrefois ce territoire. La couleur or est celle du métal le plus noble qui personnifie le soleil, la richesse, la force et la foi. Quant à la couleur pourpre, elle figure ici l’établissement du pouvoir religieux et reflète la grâce de Dieu et du monde.

La devise « HISTOIRE, ABONDANCES SONT SES RÉCOLTES » exprime la volonté qui a animé au cours des siècles une communauté formée par deux races distinctes et qui, malgré quelquefois des différends, n’ont cessé de grandir ensemble et de forger l’histoire de cette région sans cesse renouvelée au fil du temps. C’est également l’histoire mouvementée de la colonisation de cette terre, le défrichage, le labeur récompensé par la prospérité de récoltes abondantes, des buts atteints, c’est l’homme, sa foi, son courage, sa descendance, des éléments fondamentaux à son évolution et à son épanouissement au sein de la société d’aujourd’hui et de demain.

Les pièces qui entourent l’écu sont des attributs décoratifs exprimant eux aussi un côté historique et social de la Municipalité d’Oka.

Les branches de pin blanc avec leurs fruits dorés (cocottes) illustrent le labeur de la population okoise qui, de 1886 à 1915, planta quelque 100 000 petits pins et sapins sur la butte de sable au nord du village. Cette plantation forme aujourd’hui la magnifique pinède qui couronne l’arrière du village et qui demeure une richesse écologique pour la Municipalité d’Oka.

Et enfin le calumet de paix désigne les relations entretenues par les amérindiens et les blancs pour le bien des deux communautés qui cohabitent sur ce territoire depuis bien longtemps.

Les armoiries sont l’œuvre de M. André de Pagès, héraldiste et historien de l’art.