accueil > Environnement > Plantes toxiques et allergènes

Plantes toxiques et allergènes

Berce de Caucase

La berce du Caucase est caractérisée par sa taille impressionnante qui peut atteindre de 4 à 5 mètres de hauteur. Sa tige à la base peut avoir de 5 à 10 centimètres de diamètre. Ses feuilles sont profondément dentelées et de grandes tailles (100 à 150 cm de longueur). Son ombelle principale est composée de 50 à 150 rayons. Le diamètre des ombelles est de 20 à 50 cm.

Cette plante se propage très rapidement le long des cours d'eau, et des fossés en bordure des routes. La sève de la plante, activée par les rayons UV, peut causer de graves brûlures à la peau.



Panais sauvage

Le panais sauvage mesure entre 50 centimètres à 1 mètre de haut et porte des ombelles tout comme la berce du Caucase. Sa floraison jaune se déroule en juillet et en août.

On le retrouve dans les plaines, dans un sol calcaire ainsi qu’en bordure des routes. Le contact avec la sève de la plante provoque des lésions sur la peau qui sont aggravées sous les rayons UV.




Herbe à puce

L’herbe à la puce est une plante ligneuse, vivace et indigène formant des peuplements denses en bordure des routes, cours d'eau, bois et terrains non cultivés. Ses feuilles, particulièrement lustrées, sont trilobées et présentent des nervures très marquées et des marges inégales.

La sève de l'herbe à la puce renferme de l'urushiol, un allergène qui cause une douloureuse inflammation de la peau chez environ 85 % de la population. L'urushiol est présent dans toutes les parties de la plante, à l'exception du pollen. Cette substance est libérée lorsque la plante est endommagée. L'urushiol étant huileux et non volatile, il adhère aux outils de jardinage, aux vêtements et au pelage des animaux. Il conserve sa toxicité pendant une très longue période.

Pour plus d’informations





Herbe à poux

L'herbe à poux est une mauvaise herbe très répandue au Québec. Elle est présente de mai à octobre et meurt aux premières gelées à l'automne. À la mi-juillet, l'herbe à poux commence à fleurir et produit du pollen. Celui-ci voyage dans l'air sous la forme d'une fine poussière et provoque des réactions allergiques chez les personnes qui y sont sensibles. C'est le cas de plus d'un million de Québécois, de juillet à octobre. Communément appelée rhume des foins, cette allergie se manifeste par différents symptômes, dont 50 à 90 % sont provoqués par l’inhalation des grains de pollen de l’herbe à poux.

Le territoire d’Oka fait partie de la zone de répartition de l’herbe à poux, où la plante est abondante. Afin d’améliorer la qualité de vie de ses citoyens, la Municipalité d’Oka s’est donc engagée à lutter contre l’herbe à poux en se dotant d’un plan de contrôle. Ce dernier a été adopté le 6 août 2019 et a pour objectifs de :

  1. Sensibiliser et mobiliser la population quant à l’importance du contrôle de l’herbe à poux ;

  2. Contrôler la prolifération de l’herbe à poux et ainsi réduire la quantité de pollen dans l’air.

Ce projet est financé par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. 

L'herbe à poux est souvent confondue avec l'herbe à la puce. L'apparence de ces deux plantes est toutefois très différente et elles n'ont pas les mêmes conséquences sur la santé. Il est important de savoir l’identifier afin de mieux la contrôler. 

Pour plus d’informations vous pouvez consulter le portrait de l’herbe à poux sur la page de l’association pulmonaire du Québec

La Municipalité d’Oka est fière signataire de la campagne provinciale d’arrachage de l’herbe à poux organisé par l’Association pulmonaire du Québec en partenariat avec le ministère de la Santé et des Services sociaux. 

Documents À télécharger